Homo Paris
19/11/2017

Oui

 

Violente manifestation contre un joueur de foot apparu lors d'un match avec un brassard aux couleurs LGBT

Visites 12 personnes intéressées
Oui Oui Violente manifestation contre un joueur de foot apparu lors d'un match avec un brassard aux couleurs LGBT
Un joueur de l'équipe nationale géorgienne de football, apparu lors d'un match avec un brassard aux couleurs LGBT, est la cible de groupes d'extrême droite qui ont manifesté avec violence pour demander sa destitution. 

La police de Tbilissi a arrêté huit personnes lors d'une manifestation de groupes d'extrême droite devant le siège de la Ligue de Football de Géorgie mardi.

Les manifestants demandaient une sanction ou la destitution du vice-capitaine de l'équipe nationale, Guram Kashia (photo), accusé d'avoir porté un brassard arc-en lors d'un match aux Pays-Bas, le 15 octobre dernier.

Guram Kashia, avait joué avec un brassard arc-en-ciel lors d’un match avec son club néerlandais, Vitesse Arnhem, qui avait ainsi choisi de marquer la Journée du coming-out.

Ces activistes d'ultra-droite anti-immigration et LGBT prétendent lutter pour la "pureté" de la population géorgienne.

Leur manifestation qui a rassemblé une centaine de participants a dégénéré en heurts avec la police.

Les militants de la Marches des Géorgiens ont brulé un drapeau arc-en-ciel et appelé à la démission du conseil d'administration de l'organisation nationale de football.

L'organisateur de la manifestation, Lado Sadgobelaschwili, a été arrêté. Il est connu pour son homophobe depuis des années. Il a appelé en 2010 à une "Géorgie sans minorités sexuelles" et a affirmé "les jours des homosexuels en Géorgie étaient comptés". En 2015, il a menacé l'organisation LGBTI Identoba.

Sur les réseaux sociaux, de nombreux fans de football ont emboîté le pas à l'organisation d'extrême droite et parlé d'une "honte" pour qualifier le joueur ayant porté le brassard arc-en-ciel. Certains fans ont annoncé qu'ils boycotteraient désormais l'équipe nationale.

Le joueur au coeur de cette campagnne homophobe a quant à lui déclaré dans une interview à la télévision néerlandaise qu'il ne regrettait pas son attitude.

Le président géorgien, Guiorgui Margvelachvili, a pris la parole pour défendre "le droit de chacun d’exprimer de chacun, mais en respectant les droits de l’homme et les libertés". "Je suis derrière le soutien sans faille que le monde du sport apporte à Guram Kahsia", a-t-il ajouté.

Les droits des personnes LGBT en Géorgie, ancienne république soviétique, sont limités. L’automne dernier, le président a opposé son veto à la loi proposant la reconnaissance des couples de même sexe.

Le pays connaît un climat d’homophobie entretenu notamment par l’Eglise orthodoxe.

Commentaires
Laissez ce champ vide
Indroduisez le code de l’image